IN THE END, de Demitria Lunetta

Titre : In the After tome 2 – In the End
Auteur : Demitria Lunetta 
Sortie : 2 avril 2015
Nombre de pages : 410 pages
Date de lecture : 07/11/2017  – 08/11/2017
Edition : Lumen
Note : 3/5

in-the-after,-tome-2---in-the-end-586430-264-432

Attention, le résumé qui suit contient des SPOILERS pour ceux qui n’ont pas lu le tome 1.
Voilà trois mois qu’Amy a fui New Hope pour échapper au diabolique docteur Reynolds. Grâce à l’équipement de Gardienne que lui a fourni Kay et à l’émetteur sonique qui éloigne les créatures, elle survit tant bien que mal dans les étendues désertiques du Texas. Jusqu’au jour où une voix lui parvient à travers l’oreillette qui la relie encore à ses anciens camarades : Baby, restée à New Hope, est en danger.
Amy n’a pas le choix. Si elle veut sauver sa sœur d’adoption, il va lui falloir se rendre à Fort Black, là où d’autres survivants se sont rassemblés et vivent selon la loi du plus fort. Dans cette véritable jungle, la jeune fille va tout faire pour retrouver Ken, le frère de Kay, seul capable de l’aider à secourir Baby. Assistée de Jacks, le neveu du dirigeant de Fort Black, la jeune fille finit par en apprendre un peu plus sur l’invasion des Floraes… Une vérité qui s’avère plus cauchemardesque encore qu’elle ne le croyait !
Avis :

SPOILER POUR CEUX QUI N’ONT PAS LU LE TOME 1.

J’ai clairement ADORE cette duologie. Il reprend à la perfection la suite des événements du premier livre. 

Nous retrouvons donc Amy trois mois après sa fuite de New Hope. Refusant de se rendre à Fort Black, elle s’est établi un domicile dans une cabane dans les arbres, où elle doit à nouveau faire face à la solitude. 

Ce que j’ai aimé avec ce début de roman, c’est qu’il ne s’est rien passé de spécial durant ces trois mois. Y’a des sagas où, quand il y a une ellipse de temps entre deux tomes, on retrouve une situation complètement différente de celle que l’on a quitté. 

Là, on retrouve directement cet environnement qui nous est devenu familier. Et en plus, on ne perd pas de temps : Amy reçoit presque aussitôt un appel d’urgence concernant Baby. Elle est en danger, sous l’emprise du Dr Reynolds, et la seule manière de l’aider est de se rendre à Fort Blacks pour trouver Ken, le frère de Jay.

C’est alors une course contre la montre qui se met en route. Malheureusement, les choses ne se passeront pas exactement comme prévu… Fort Blacks est en réalité une prison, dont les survivants sont de grands criminels qui vivent selon la loi du plus fort… 

Mais heureusement pour nous que Amy est une dure à cuire! Elle va en faire voir de toutes les couleurs à ces grands gaillards. Cependant, elle bénéficiera tout de même de l’aide de Jacks, le beau Jacks… Ais-je dis que c’était un de mes nouveaux bookboyfriends ? Je suis totalement tombé amoureuse de lui… Aucune hésitation vis-à-vis de Rice! C’était Jacks, et seulement Jacks…

D’ailleurs, la romance va etre au rendez-vous dans ce tome, pour mon plus grand plaisir! Et l’auteur a tellement bien géré la chose… Elle a lié tous les éléments entre eux pour rendre cette romance aussi belle que déchirante. 

Oui, ce tome contenait vraiment tous les éléments pour une dystopie post-apocalyptique réussi. Une héroïne dure à cuire, un beau gosse qu’on a envie de manger tout cru, une mise en situation dramatique (Baby quoi!!!! J’ai failli devenir dingue) et un nouvel environnement complètement dépaysant… Fort Blacks est vraiment déroutant en fait, de par sa société que par ses habitants. C’est dingue les brutes que contiennent le monde. Juste dingue. Ça me rend folle de me rendre compte à quel point de grands criminels peuvent aussi etre extrêmement intelligent. M’enfin…

Mais en dehors de Jacks et des brutes, on fait aussi la connaissance d’autres personnes. Doc, le Surveillant… Des personnages très mystérieux, qui ont en effet plein de choses à cacher… J’ai trouvé ce duo assez complexe et tordu, mais bon, on apprendra leur histoire au fil de la lecture. 

En fait, c’est vraiment LE tome des révélations. On enchaîne les découvertes, tout au long du livre, jusqu’à la fin, où là c’est le grand final.

L’auteur nous réserve le bouquet final auquel je ne m’attendais absolument pas, et qui m’a totalement emporté dans l’action. Alors, à ce moment là, j’étais au paradis! J’avais trouvé le livre parfait! Et puis, d’un coup, plus rien… Plus de pages à tourner…

Et je me rends compte que c’est la fin. 

Et je me dis… MAIS C’EST NUL. 

C’est quoi cette fin à deux balles ? L’auteur nous fait un quasi sans faute, j’étais au bord du coup de cœur, et puis là elle nous case une fin ouverte ? C’est quoi le délire, elle avait pas d’inspiration pour boucler le livre ? Rah ce que ça m’énerve !! On reste avec plein de questions, en sachant très bien qu’il n’y aura pas de troisième tome! Non mais ça rend dingue! J’ai mis deux jours avant de m’en remettre, DEUX. Bon, en fait, je m’en suis même pas remise! 

Suis-je la seule à penser que la fin est horrible ? J’ai failli mettre ce livre en « déception » tellement j’en étais outrée. D’où le « 3/5 ».

Mais bon, faut tourner la page comme on dit.

Si vous avez lu ce livre, SURTOUT, dites moi si je suis la seule à avoir cet avis sur la fin.

J’ai besoin d’en parler hahaha.

En attendant, je vous fais des bisous!

Bookivresse

Extraits :
« New Hope dissimulait tous ses mauvais côtés aux citoyens. Fort Black les expose tous au grand jour et laisse les hommes s’en délecter. »
« Il sourit.
– Comment va ton épaule ?
– Bien. (Même si j’ai encore mal, je ne veux pas qu’il me prenne pour une fille douillette.) La prochaine fois, je me ferai peut-être tatouer tout le bras, comme toi. 
Il fait jouer ses biceps et contemple son oeuvre.
– Tu es sûre, Amy ? C’est plutôt hardcore. Tu ne préférerais pas un joli petit papillon sur la cheville, un truc comme ça ?
Je secoue la tête. Peut-être que oui, à un moment, si le monde était resté tel qu’il était. Si j’étais allée à l’université et que j’avais voulu me faire tatouer pour jouer les rebelles.
– Est-ce que j’ai vraiment l’air d’une fille qui aime les papillons ? Je veux une licorne… ou alors des caractères chinois qui sont censés vouloir dire « sérénité » ou « paix » mais qui en réalité signifient « poulet aigre-doux ». »
Publicités

VAMPYRE MAIS PAS TROP, de Audrey Lardy

Titre : Vampyre mais pas trop
Auteur : Audrey Lardy
Sortie : 7 aout 2017
Nombres de pages : 276 pages 
Date de lecture : 13/11/2017 – 14/11/2017
Edition : Editions chaton rose 
Note : 2/5

vampyre-mais-pas-trop,-tome-1---a-fleur-de-sang-871028-264-432

Rose quitte le château familial avec l’espoir de mener une vie plus normale .
Mais entre vampires (bons et mauvais), complots et rebondissements, elle aura du mal à échapper à son destin…
La Voix sera peut-être sa meilleure alliée …
La jeune femme fera-t-elle confiance à ses sentiments? Et surtout, l’amour peut-il survivre à tout dans cette vie ou dans une autre?
Avis :

Bon, avant tout, je vous fais un petit résumé rapide, comme d’habitude.

C’est donc l’histoire de Rose, une jeune femme qui suit ses cours à l’université, et qui vit avec son frère jumeau, Ezrah. Jusque là, rien de plus normal. Cependant, ils ne sont pas tout à fait « normaux ». Leur père est un vampire, leur mère une humaine, et eux sont nés humains, malgré la transformation en vampire d’Ezrah, trois ans plus tôt. 

En dehors de sa famille, Rose n’avait jamais rencontré d’autre vampire. Jusqu’au jour où, sur le campus universitaire, elle rentre en collision dans Lucius. 

Lucius, ce vampire appartenant à un clan ennemi du sien, et pourtant par qui elle est tant attirée. 

La suite de l’intrigue sera donc perturbé par différents facteurs… Les origines de Rose vont refaire surface subitement, bouleversant ses projets pour l’avenir, tandis que le clan ennemi auquel appartient Lucius va aussi venir planté ses grains de sel…

MAIS, si l’histoire a l’air si bien, pourquoi lui ai-je mis la note de 2/5 ?

Parce que pleins de détails m’ont dérangé durant la lecture. Je vais les énumérer, comme ça je serai certaine de ne pas en oublier. 

  1. Premièrement, l’histoire est écris dans les grandes lignes. J’ai eu l’impression que l’auteur avait des idées, qu’elle les a posés là comme ça et qu’on en faisait ce qu’on voulait. Rien n’est approfondi, les idées ne sont pas exploitées complètement, il y a un manque de détail. Par exemple, au début, rien ne mentionne le fait que Rose et Ezrah sont jumeaux, et encore mois frères et sœurs. Pour tout avouer, vu la façon dont ils se comportaient, je croyais qu’ils étaient en couple. Bref, au début, on est totalement perdu, car le contexte n’est pas bien mis en place. 
  2. Ensuite, un point qui m’a fortement agacé, c’est que l’histoire d’amour commence très vite. Trop vite. C’est limite si la romance ne commence pas avant que l’intrigue soit mise en place. C’est très dérangeant selon moi. Ils viennent à peine de se rencontrer qu’ils en sont déjà tout émoustillés. J’ai trouvé cela très dommage, car vu la suite des événements, la romance aurait pu etre magnifique. Malheureusement, je n’y ai pas adhéré… Lucius, je l’avais en horreur limite ! Rose, ça allait encore, je la supportais (malgré son très très faible caractère), mais Lucius… Au secours! Je crois que son langage ne se base que sur des paroles nunuches, à ma grande déception… Bah oui, je m’attendais au vampire sexy et mystérieux moi! Pas au gars qui tombe aux pieds de la meuf au bout de cinq minutes de conversation…
  3. L’avant dernier point de tout cela, c’est l’approfondissement des personnages. J’avais l’impression de ne pas les connaitre. Les références au physique sont minimes, en dehors des personnages principaux. J’aime quand il y a des descriptions. Pas des masses non plus, mais assez pour se construire un univers. Que là, à part la chevelure de Rose et l’appartement dans lequel elle vit, je dois avouer que j’avais un peu de mal à m’intégrer dans leur monde. Tout me paraissait lointain. Et ne parlons pas de l’identification aux personnages. Ça, c’est à des années lumières carrément. Je n’ai pas du tout su m’identifier au personnage de Rose, et en dehors d’elle, je trouvais que les autres personnages n’étaient pas assez défini. Est-ce qu’ils ont un tic nerveux ? Des problèmes dans la vie ? Des blessures du passé ? Une maman qui les aime un peu trop fort ? Bref, vous voyez ce que je veux dire. On ne sait pas grand chose sur eux, à part leurs principaux traits de caractères. 
  4. Et finalement, je vais conclure sur l’écriture. L’écriture était très bonne, agréable, mais… Bon sang ce que c’était niais! C’était gênant à lire. Je vais prendre l’exemple de Rose et Lucius : ça ne fait qu’un mois qu’ils sont ensemble, et ils se comportent comme mari et femme! Comme « âme soeur! » J’adore la romance, mais quand on utilise de la niaiserie à tout va, je dois avouer que ça lasse plutôt qu’autre chose. Cette niaiserie se traduit autant dans les gestes que dans les paroles, mais je dois dire que le pire, c’était quand même la parole. J’avais envie de mettre des petites claques aux personnages d’un air de dire « C’est bientôt fini là, les effusions d’amour à la Roméo & Juliette ? » Mais en parlant de niaiserie, je parle aussi de clichés. Bah oui quoi, on en parle du frère jumeau beaucoup trop protecteur ? C’est vu et revu. Puis, un frère comme ça, y’a de quoi fuir sérieux! C’est mignon cinq minutes, mais à la fin c’est surtout agaçant… C’est à peine si elle peut aller prendre l’air dehors la pauvre…

Bon, c’est vrai que tout ce que j’ai dis, c’est pas fort sympa. C’est même la critique la plus pessimiste que j’ai faite jusqu’à maintenant il me semble. Mais quand ça ne va pas, ça ne va pas, il faut le dire. Je dois etre honnête avec vous hein!

Après, évidemment, il y avait aussi des points positifs. J’ai adoré le fait que le roman soit écrit de manière très verbale : il y a des descriptions évidemment, mais les faits se passent beaucoup par dialogue aussi, et c’est vraiment bien car ça allège la lecture, ça donne la sensation de lire vite.

Aussi, l’auteur a vraiment de bonnes idées. C’est dommage que les points cités ci-dessus m’ont « gâchés » la lecture, car je trouvais l’intrigue vraiment bien. D’ailleurs, à la fin, alors que je pensais avoir tout prémédité, l’auteur ne cesse de me surprendre : ça va de révélations en révélations, de bouleversement en bouleversement, et je pense que c’est la partie du livre que j’ai même préféré, car ça m’a un peu « réveillé » de cette lassitude que j’ai ressenti pendant plus de la moitié de l’histoire. 

Bon, j’espère quand même ne pas avoir été trop honnête vis-à-vis de ce livre. Mais je n’ai pas envie de vous mentir, je suis transparente avec vous! D’ailleurs, ce n’est pas parce que je n’ai pas beaucoup aimé, que vous ressentirez forcément la même chose. 

Alors s’il vous tente, surtout, lisez-le, et venez en parler avec moi!

J’espère que cette chronique vous aura plu, 

Bookivresse

Extraits : 
« Les minutes défilent, durant lesquelles le vampire essaye de reprendre le dessus et de ne pas se laisser envahir par son désir pour la jeune femme. Rose, quant à elle, oublie ses soucis et profite de ce moment unique avec l’homme qui a réveillé son cœur. »
« – Tu m’as manqué, mais ton côté vampire autoritaire pas du tout. »
« – Je te reviendrai et tu me reviendras, dans cette vie ou dans une autre.
– Dans cette vie… chuchote Rose.
– Dans une autre… petit chat, conclut-il en guise d’adieu avant de partir. »

FINDING CINDERELLA, de Colleen Hoover

Titre : Finding Cinderella
Auteur : Colleen Hoover
Sortie : 17 aout 2017
Nombre de pages : 224 pages
Date de lecture : 05/11/2017 – 06/11/2017
Edition : PKJ
Note : 5/5

hopeless,-tome-2.5---finding-cinderella-941957-264-432

Quand, dans l’obscurité la plus totale, une inconnue tombe dans ses bras, Daniel a le premier coup de foudre de sa vie. Tous deux décident de vivre une histoire aussi courte qu’intense sans échanger leurs noms ni voir leurs visages. Quelques mois plus tard, alors que Daniel a perdu tout espoir de retrouver sa Cendrillon, il rencontre Six, la meilleure amie de Sky : deuxième coup de foudre. Mais Holder lui interdit formellement de tenter de la séduire… ce que Daniel va bien sûr prendre pour un défi à relever.
Avis : 

Il était temps que je le lise, celui-là ! Et puis, c’est du Colleen Hoover, alors impossible d’être déçu ! 

C’est une histoire basée sur les deux meilleurs amis de Sky et Holder, un peu comme pour Maybe Not, le spin-off de Maybe Someday. Holder va interdire à Daniel de fréquenter Six, la meilleure amie de Sky, et ce dernier va justement prendre ça pour un défi… Et nous voici embarqué dans une histoire de drague secrète entre deux personnes aussi hilarantes qu’attachantes. Le plus dans tout ça, c’est que le récit est du point de vu de Daniel exclusivement. Et je dois avouer que c’est bien drôle d’être dans la tête d’un garçon! 

Pour certaines sagas, je trouve que les spin-off sont « de trop » ou pas à la hauteur de la saga d’origine. Mais les spin-off de Colleen Hoover… C’est une tout autre histoire! A chaque fois, j’ai l’impression de redécouvrir l’univers, de plonger dans un nouveau roman… Alors que ce ne sont que des petits récit de 200 pages!

Et CoHo arrive à nous rendre accro en moins de 200 pages… Faut quand même avoir un talent dingue pour faire ça, vous ne pensez pas ? 

Ici, c’est une romance toute douce qui nous attend. Une romance… Digne des contes de fées. Daniel et Six sont deux personnes qui ne s’attendent pas à trouver l’amour, et pourtant… Ils se laisseront tenter l’un par l’autre, à mon plus grand plaisir!!

C’est une relation simple, sans complexes de vie, à base de check et de débilité… Mais qui va pourtant nous briser le cœur. Il suffit d’un simple détail… Un simple détail auquel on ne prête pas d’énorme importance, mais qui va tout changer, tout bouleverser…

Colleen Hoover a un talent dingue pour écrire des romances hors du commun. Non, en fait, je pense que même si le sujet était « nul », je crois que le livre serait exceptionnel, car c’est la façon qu’elle a de transmettre les émotions qui est aussi magique. 

Six et Daniel sont deux personnages auxquels on est obligé de les aimer. Daniel est si charismatique, si drôle. Quant à Six, elle est si attachante. Comment ne pas les aimer sérieusement ? Comment ne pas aimer cette histoire qui va vous faire rire ET pleurer ? 

J’étais même triste de voir que l’histoire n’était pas plus longue. Pour moi, ils méritaient plus que ces 200 malheureuses pages. 

Ne passez pas à coté de cette merveille si vous avez lu la saga Hopeless. Car ce petit bonus vend carrément du rêve ! 

Par contre, si vous n’avez pas lu Hopeless… Abstenez-vous! Et lisez Hopeless avant… Car sinon vous allez vous faire spoil toute l’intrigue de la saga principale!

C’est tout pour aujourd’hui! C’était une chronique courte, mais je ne pouvais pas vous en dire plus, tant l’épaisseur du livre est infime aussi. 

Bref, je vous embrasse fort!

Bookivresse

Extraits :
« Dehors, il fait nuit, cependant la lune projette sur son visage une lueur qui lui donne une gueule d’ange ; je ne suis pas sûr qu’on ait le droit d’employer « gueule » et « ange » dans la même phrase, mais la vache : entre sa blondeur et ses grands yeux, on dirait vraiment un ange. »
« Tu es mon meilleur ami, Holder. Sérieusement. Tu es mon meilleur ami et je t’aime. Je n’ai pas honte d’admettre que j’aime un mec. Je t’aime, Holder. Daniel Wesley aime Dean Holder. Encore et pour toujours. »
« Je sais que ce ne sera pas pour ce soir, mais quand même, je suis curieux de savoir d’ici combien de temps elle m’autorisera enfin à lui faire sauter le bouchon.
Non. Encore un peu trop salace.
A lui écraser le hamburger ?
Oh mon Dieu, ignoble.
A planter ma fleur dans son jardin ?
Mais Daniel, tu craques ou quoi ?
A lui faire l’amour ?
Oui. Voilà. C’est exactement ça. »

 

IN THE AFTER, de Demitria Lunetta

Titre : In the After, tome 1
Auteur : Demitria Lunetta
Sortie : 11 septembre 2014
Pages : 410 pages
Date de lecture : 04/11/2017  – 05/11/2017
Edition : Lumen
Note : 4/5

in-the-after,-tome-1-485558-264-432

Ils entendent le plus léger des bruits de pas…
Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs…
Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle !
Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en quelques jours à peine. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ?
Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu’elles survivent en autarcie, quand d’autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé… mais il ne fait que commencer !
Avis : 

Ce livre est DÉMENT. On vit bouleversement sur bouleversement, c’est impossible de s’ennuyer! Et surtout : c’est un énorme tourbillon émotionnel.

Je vais vous raconter un peu le délire. Nous suivons Amy, une survivante d’une attaque « d’alien » (ils ne savent pas vraiment ce que c’est). Comment a-t-elle réussi à survivre ? Grace aux barrières électriques autour de sa maison qui repousse les « méchants ». Mais forcément, au bout d’un moment, elle va arriver à manque de vivre. 

C’est en s’aventurant dans un supermarché qu’elle trouvera Baby, une petite fille de 3 ans, qui se débrouille étonnamment bien pour survivre. Ensemble, elles vont apprendre à survivre dans le silence. 

Jusqu’au jour où elles vont arriver dans un camp de survivant, et faire des découvertes surprenantes. 

Vous vous souvenez ce tourbillon émotionnel dont je vous parlais un peu plus haut ? Eh bien voilà. On est tellement, tellement, tellement attaché à Amy et Baby, qu’on est en stress constant. On tourne les pages à une vitesse folle tellement l’ambiance est angoissante, pesante. Comment s’ennuyer ? Je ne pensais qu’à lire, car je me sentais concerné par l’histoire. J’avais l’impression d’y etre, de mener ma survie. 

Je vous rassure, ça ne fait pas peur. Loin de là. Très loin de là! C’est une dystopie, avec de l’amour, de l’amitié, de la survie. De l’action. Du suspense. Des bouleversements. 

Je pense que c’est Amy qui faisait tout. Je pense etre tombé amoureuse de cette héroïne. Elle est forte, elle a su l’être dés le début. Et, je sais pas. Elle n’est pas égoïste. Elle est hyper courageuse. Elle ferait passer Baby avant tout le monde. Elle est déterminée. Je trouve que pour ce genre de roman, on ne pouvait pas rêver mieux comme héroïne.

Baby aussi est important comme personnage. A première vue, on ne s’y attend peut-etre pas, mais c’est un des personnages principaux au même titre qu’Amy. Bien qu’elle ne parle pas des masses, je l’ai trouvé beaucoup trop adorable. C’est dingue qu’elle ait su se conditionner à cette nouvelle ère. Et c’est dingue qu’Amy ait su la considérée pour ce qu’elle était, c’est-à-dire une survivante et non plus une enfant. 

Je ne parlerai pas de Rice, Kay, et les autres… Parce que ça risque de devenir trop long. Ils sont tous géniaux. Surtout Rice. Beaucoup trop chou.

Je recommande ce livre à vraiment tout le monde. Comme j’ai dis, c’est une excellente dystopie qui mêle romance et survie. Donc foncez. Et pour ceux qui regardent The Walking Dead… Bah c’est exactement le même genre, sauf que c’est du point de vu d’une jeune fille de 17 ans. 

Voilà, je ne peux que vous dire de le lire. Ma chronique sur le tome 2 (qui est le dernier tome, c’est une duologie), arrivera d’ici quelques jours. Parce que oui, j’ai déjà lu (que dis-je, dévoré) le second tome. 

En attendant, je vous embrasse fort. 

Bookivresse

 Extraits :
« Je glissai le chargeur en place puis, un sourire involontaire aux lèvres, je passai un bras dans le holster afin de l’enfiler. Dépourvue de la moindre idée de ce que j’allais trouver à l’extérieur, je fourrai dans mon sac à dos une lampe torche, un couteau et mon portefeuille. Quand j’y repense, je me dis que j’étais vraiment à la masse, à l’époque ! »
« Dans des endroits moins peuplés, les enfants étaient les plus à même de survivre. Les adultes les ont probablement cachés et ont fait tout leur possible pour les protéger. Et bien sûr, les enfants sont doués pour se cacher. Quand leur instinct de survie se réveille, ils savent comment ne faire aucun bruit.
– Ils croyaient aux monstres bien avant que les monstres n’arrivent, chuchotai-je.
« Il faut toujours abandonner quelques libertés pour vivre dans n’importe quelle société »

ZODIAQUE, de Romina Russell

Titre : Zodiaque, tome 1
Auteur : Romina Russell
Sortie : 8 octobre 2015
Pages : 467 pages
Date de lecture : 29/10/2017 – 04/11/2017
Edition : Michel Lafon
Note : 5/5

zodiaque,-tome-1-679967-264-432

Sur la planète du Cancer, comme dans le reste de la constellation du Zodiaque, l’astrologie régit la vie quotidienne. Pas de place pour les imprévus, et encore moins pour une catastrophe. Pourtant, Rhoma, jeune étudiante Zodaï, est hantée par de terribles visions. Personne ne la croit mais l’impensable se produit brutalement : une des lunes du Cancer explose. Raz-de-marée, pluies de météorites, tout l’univers de la jeune fille est plongé dans le chaos. Aidée de son mentor, le flegmatique Mathias, et d’Hysan, l’excentrique émissaire du signe de la Balance, Rhoma se lance alors dans une course contre la montre au travers de la galaxie pour prévenir les autres civilisations de la menace ancestrale qui plane sur elles. Car les douze signes du zodiaque étaient à l’origine treize… et, dans l’ombre, le dernier attend son heure. Celle de la destruction.
Avis : 

Ça fait longtemps que j’ai ce livre. Je vous avouerai même que je l’ai depuis sa sortie. Je l’avais commencé en même temps qu’une autre saga. Mais je fus emporté par l’autre livre, et je délaissai Zodiaque… Du coup, il retourna dans ma bibliothèque sans que je ne le finisse (j’avais lu une cinquantaine de pages). 

2 ans passèrent sans que j’ai le courage de le ressortir. Puis là, je ne sais pas ce qui m’a pris, je me suis dis « Allez, vas-y, retente le coup ». Et… Waouh. Comment ais-je pu passer à coté aussi longtemps ? 

Je n’avais même pas fini le premier chapitre que j’étais déjà complètement dingue de l’histoire. Vous connaissez Phobos, The 100 ? C’est un peu le même délire. 

L’héroïne, Rhoma, va se lancer dans une quête impossible pour sauver son univers. Au sens propre du terme ! A ses cotés, deux beaux garçons aussi séduisant l’un que l’autre… Et même si Hysan représentait « la tentation », pour moi, c’est Team Mathias à 100% !

Vous vous en doutez, il y aura un beau triangle amoureux là dedans! J’étais morte de rire face aux répliques singlantes que s’échangeaient nos deux mâles! 

Mais bon, l’histoire va bien au-delà de ça… Le Zodiaque est menacé face à la ré-apparition du 13e signe, et Rhoma se doit d’ouvrir les yeux au reste du monde, car personne ne semble y croire. Tout le monde va la prendre pour une folle, et je dois avouer que par moment moi aussi je le pensais! Meme si je crois dur comme fer à ses motivations, des fois elle avait des manières de le prouver de façon un peu trop… hystérique ! Haha 

Je dois dire aussi que c’était assez frustrant de voir à quel point les gens sont BUTES. Ils ont toutes les preuves du monde sous leurs yeux, et pourtant ils persistent à croire que Rhoma perd la boule! C’est grave quand même! Heureusement que Rhoma ne va pas se laisser abattre facilement. Elle est forte, garde la tête sur les épaules, et ça fait plaisir à voir. 

J’ai adoré ce livre, cet univers si bien organisé… Ça m’a aussi fait penser à Divergent, dans la façon où chaque planète (qui correspond à chaque signe du zodiaque) comprend ses habitants ayant des traits de caractères bien définis. 

En soit, une dystopie avec un triangle amoureux à en couper le souffle! Je suis malheureuse de ne pas avoir la suite, car la fin m’a rendu dingue! Va falloir que j’économise là, car je ne vais pas tenir le coup !

Conclusion : Coup de cœur, et des regrets de ne pas l’avoir lu plus tôt! 

On se retrouve bientôt pour un autre point lecture !

Bookivresse

Extraits : 
« Il me regarde, ses cheveux en bataille balayant sa figure lumineuse et ses yeux tendres.
-Rhoma, on peut arrêter là, si vous le souhaitez…
-Je ne veux pas arrêter, dis-je en l’attirant plus près pour lui souffler aux creux de l’oreille. Je voulais juste vous dire que vous me plaisez aussi …terriblement. »
 » Vous êtes une flamme éternelle que rien ne peut éteindre. » 
« -Pour le trajet retour… C’est trois pressions sur le magenta.
Je jette un œil aux diodes colorées en fronçant les sourcils.
-le magenta, c’est comme du violet, c’est ça ?
Hysan ne répond plus. Il s’est évanoui. »

BILAN LECTURE OCTOBRE

Hello les ananas!

On se retrouve pour mon premier bilan lecture du blog!

(Avec quelques jours de retard…)

Il s’agit donc du bilan d’Octobre! Qui se compose d’un total de 5 livres. 

  • La vérité sur l’affaire Harry Québert

la-verite-sur-l-affaire-harry-quebert-912129-264-432

 

Qui est un énorme coup de cœur, mon coup de cœur de l’année… Mais vous le savez déjà. 5/5♥

 

  • Ma raison de vivre

ma-raison-de-vivre-557497-264-432

 

Bah… Encore un coup de cœur quoi. Un livre poignant, troublant, qui m’a prise aux tripes… J’ai encore mal rien que d’y penser. Préparez vos mouchoirs pour le lire. 5/5♥

 

  • Just love Again

416Q1OLmvBL

Une bonne romance pour passer un petit moment tranquille, sans prise de tête… Mais avec un petit coté dramatique qui va tout de même venir bouleverser les événements de temps à autre. 3.5/5♥

 

  • After saison 5

after,-saison-5---after-ever-happy-586030-264-432

 

Ralala, et dire que j’ai fini cette saga… Cet univers va tellement me manquer! Anna Todd nous a offert un final de beauté… Je n’aurais pas pu rêver mieux pour clôturer tout ça. 5/5♥

 

  • Wonder Woman

wonder-woman---warbringer-955705-264-432

 

Wonder womaaaan… Quelle héroïne! Moi qui n’était pas du tout fan d’elle à la base… Je dois avouer que là, elle m’a complètement conquise! J’ai hâte de lire le prochain tome, qui concernera Batman. 5/5♥

VOILA

Vous avez lu certains de ces livres ? Si non, je vous les recommande tous! Aucune déception, quasiment que des coups de cœur… Quel bon mois!

Qu’est ce que vous avez lu de beau vous? 

BISOUS

 

WONDER WOMAN de Leigh Bardugo

Titre : Wonder Woman – Warbringer
Auteur : Leigh Bardugo
Sortie : 6 septembre 2017
Pages : 586 pages
Date de lecture : 17/10/2017 – 28/10/2017
Edition : Bayard
Note : 5/5

wonder-woman---warbringer-955705-264-432

Un jour, elle sera la plus grande superhéroïne de tous les temps : Wonder Woman. Mais elle n’est encore que Diana, 17 ans, princesse des Amazones. Quand un bateau explose au large de son île, Diana porte secours à la jeune Alia, bravant ainsi l’interdiction faite aux Amazones d’accueillir des humains parmi elles. Et Diana pourrait le payer d’autant plus cher qu’Alia est une Warbringer : descendante d’Hélène de Troie, elle fait souffler un vent de discorde. Ensemble, de New York à la Grèce, les deux jeunes filles vont pourtant tenter de contrer la malédiction qui pèse sur Alia.
Avis :

J’en attendais beaucoup de ce livre, et en même temps j’appréhendais de le lire. Je ne connaissais Wonder Woman qu’à travers les films dans lesquels elle apparaît. Et notamment celui sorti cet été, qui retrace son parcours. 

Au final, ce fut une bonne surprise. La jeune femme de ce livre diffère vraiment des films : ici, tout est bien plus ancrée dans la mythologie. On a pas l’impression de faire face à une héroïne super badass, mais plutôt à une version féminine de Percy Jackson.

Mais autant etre honnête avec vous : au début, rien n’était gagné. Pour ceux qui ont vu le film Wonder Woman sorti il y a peu, vous connaissez le scénario… Diana vit sur sa belle île, tente de faire ses preuves, sauve quelqu’un de la noyade et s’en va dans le monde des mortels pour défendre une cause incroyable… 

Bah, dans le livre, c’était la même chose. Diana vivait sur son île, tentait de faire ses preuves, sauve quelqu’un de la noyade puis part dans le monde des humains avec une quête folle… Il va même y avoir un bal où elle portera une magnifique robe bleu, exactement comme dans le film ! Ce que ça m’a énervé !!

Je me forçais à continuer en me disant que l’auteur était peut-etre obligé de respecter certaines normes vis-à-vis de DC Comics… En plus, l’écriture était vraiment super agréable à lire… Et j’ai eu raison de forcer!! OUI! Car une fois les premiers chapitres passés, des éléments nouveaux entre en compte et là… ADDICTION !

Addiction totale… Diana était tellement géniale, et son amitié avec Alia est tout bonnement improbable. Qu’est ce que c’était drôle de les voir ensemble, deux opposés radicaux! Sans parler du frère d’Alia, Jason… Ralala! Que de beauté… Hahaha. 

Bref, à partir du moment où Diana arrive à New York avec Alia, tout devient différent, tout devient super. Le point que j’ai surement le plus apprécié, c’est la mythologie. Je ne m’attendais pas du tout à ce quel soit autant présente (à mon plus grand plaisir) ! 

Selon moi, même si vous n’aimez pas cette icone des super-héros, vous pouvez lire ce livre. Car je peux vous jurer solennellement que là, ça n’a rien à voir. C’est juste une jeune femme de 17 ans, qui apprend à se découvrir, à découvrir les autres et… Qui aide ses amis, tout bêtement. Elle ne m’a à aucun moment agacé, j’étais même fan d’elle! (Contrairement à son apparition dans Batman vs Superman où elle me tapait sur le système)

C’était un coup de cœur, mais je pense que vous vous en doutez… Meme si au début, je me voyais déjà mettre ce livre en « déception ». 

N’oubliez pas que si vous avez l’occasion de le lire, n’hésitez pas.

Bisous, 

Bookivresse

Extraits : 
« -Soeur d’armes, je suis ta lame et ton bouclier. Tant que je respire, tes ennemis n’auront point de répit. Tant que je vis, ta cause est mienne. »
« Les Amazones. C’est ainsi que s’appelle mon peuple. Insoumises, nées de la guerre, sans autre maître qu’elles mêmes. »
« – On devrait peut-être rester ici, suggéra Alia. Comme ça, quand les sauveteurs en mer arriveront, on pourra leur faire signe.
Mais Diana secoua la tête.
– Ils ne viendront pas. L’île est pratiquement introuvable.
Alia haussa un sourcil.
– C’est le triangle des Bermudes, ou quoi ?
– Disons que ces rives sont… difficiles d’accès. Elles ne figurent pas sur les cartes.
– GoogleMaps est omniscient.
– GoogleMaps ? C’est un dieu que tu vénères ?
– Euh… Je passe peut-être un peu trop de temps en ligne, mais je n’irais pas jusque-là ! »

AFTER SAISON 5 de Anna Todd

Titre : After saison 5
Auteur : Anna Todd
Sortie : 7 mai 2015
Pages : 534 pages 
Date de lecture : 12/10/2017 – 15/10/2017
Edition : Hugo New Romance
Note : 5/5

after,-saison-5---after-ever-happy-586030-264-432

La vie n’a jamais été rose pour Tessa et Hardin, mais chaque nouveau défi auquel ils doivent faire face renforce leur amour et le lien passionné qui les unit est de plus en plus solide. Mais quand un pan de son passé, qu’il n’aurait pu imaginé, lui est révélé, Hardin est touché au cœur. Tessa de son côté subit une tragédie. Les deux amants vont-ils résister à tant de cruauté ?
Finalement leur histoire familiale, si elle est choquante, ne semble pas très différente l’une de l’autre. Et Tessa n’est plus la douce et gentille fille qu’elle était quand elle a rencontré Hardin, pas plus qu’il n’est le cruel et sombre garçon dont elle est tombée amoureuse. Elle comprend toutes les troublantes émotions sous la carapace d’Hardin et sait qu’elle est la seule qui peut le calmer. Il a besoin d’elle.
Mais plus le passé d’Hardin resurgit, plus il est inquiet et triste, et plus il repousse Tessa et tous les autres au loin. Tessa n’est pas sûre de pouvoir le sauver sans se sacrifier. Elle refuse de l’abandonner sans se battre, mais combattre qui : Hardin ou elle-même ?
Avis :

Eh bien, quel bonheur de s’être replongé dans l’univers de Tessa et Hardin ! Mais quelle tristesse d’en avoir fini avec eux… Meme si j’ai encore les Before à lire, je sens que ce ne sera pas pareil !

Ce tome fait parti de mes préférés. Je l’ai dévoré, je fus incapable de le lâcher tant j’étais accro. L’histoire évolue d’une manière dont je n’aurais jamais pu soupçonner la suite : on est bien loin des petites querelles du tome 1 ! Au contraire, on se retrouve face à des problèmes, des vrais. Des problèmes de la vie, qui vont consumer nos personnages. Je pense que c’est précisément sur ce point que Anna Todd m’a épaté : elle a su faire évoluer ses personnages et leurs situations de façon inimaginable, les faisant gagner en maturité, tout en améliorant son écriture aussi.

Lisez le première tome, puis repassez au cinquième. Je trouve que la différence est fulgurante, tout en restant l’écriture aussi familière que l’on connait bien maintenant.

Dans ce tome-ci, je suis aussi retombé amoureuse d’Hardin. Mais il m’a de nouveau brisé le cœur, pour mon plus grand plaisir. Non, je ne suis pas masochiste! C’est juste que le Hardin brisé, perdu, connard et malheureux que l’on a connu tout au début fait son retour pour un temps, et c’est incroyable la sensation de faire face à cet ancien Hardin. Premièrement, car on prend conscience de son énorme évolution. Secondement, parce qu’on se rend compte à quel point il était cruel. Insensible. Et c’est dingue les amis, DINGUE.

Oui c’est le mot parfait pour décrire ce livre qui va vous tourmenter de toutes les façons possibles! Meme Tessa, la pauvre Tessa, va totalement me brisé le cœur. Ses crises de larmes m’ont souvent agacé, parce qu’il lui arrivait de pleurer pour des bricoles. Mais là… Là, c’est du haut niveau. Anna Todd a vraiment misé loin avec ce bouquin. Personne n’est épargné, tout simplement. De plus, elle arrive à nous toucher et à nous bouleverser par le biais de mise en scène juste horrible. Ce tome, c’est le bouquet final d’un feu d’artifice.

Je ne vous parlerai pas de la fin, pour éviter de donner des idées à ceux qui ne l’ont pas encore lu. Pour ma part, je ne m’attendais à rien, ou plutôt : je m’attendais à tout. Au final, je n’aurais pas pu trouver mieux comme fin que celle que Anna Todd nous a écrite.

Et c’est justement ça qui me permet de dire que ce livre est un COUP DE CŒUR. Et que cette saga est une de mes chouchoutes. Ça me rend vraiment triste de l’avoir fini mais je sais que d’ici un ou deux ans, je serai ravie de la relire.

En attendant, je vais me hâter de lire les Before, puis d’enchaîner avec Landon/Between. D’ailleurs, si vous les avez lu, n’hésitez pas à me donner votre avis dessus!

Voilà, je vais arrêter de blablater sur cette chronique. Je vous souhaite bonne lecture, bisous!

Bookivresse 

Extraits :
« Tu ne sauras jamais la chance que tu as de pouvoir passer le restant de tes jours avec la moitié de ton âme, tant que tu n’auras pas à vivre sans elle. »
« Ça semble impossible qu’il me reste encore quelque chose à lui donner , alors qu’elle possède déjà mon être tout entier, mais étrangement, quand elle me sourit, mon corps laisse apparaître un petit morceau de moi que je la laisse me voler. Tout lui appartient, et ce sera toujours comme ça. »
« Elle est méconnaissable. Toujours belle , mais je l’ai vidée. En l’examinant, je vois le manque de chaleur dans ses joues, la disparition de la joie de vivre dans ses lèvres pleines. J’ai pris une jolie fille qui vivait pour les autres, une fille qui trouvait toujours quelque chose de beau en tout, même en moi, et j’en ai fait une coquille vide dont les yeux m’observent intensément. »
« Putain, mais pourquoi m’a-t-il demandé de le frapper ? C’est qu’un gros con, je ne vois pas d’autre explication.
C’est un enfoiré , voilà ce qu’il est.
Bâtard.
Trou du cul.
Putain d’enfoiré de bâtard de trou du cul de merde. »

 

JUST LOVE AGAIN de Aidan Adam

Titre : Just love again
Auteur : Aidan Adam
Sortie : 6 octobre 2017
Pages : 299 pages 
Date de lecture : 09/10/2017 – 11/10/2017
Edition : Black Ink Editions 
Note : 3/5

416Q1OLmvBL

Destinée :
1- Puissance qui réglerait à l’avance le cours des choses à venir.
2- Destin particulier d’une personne ou d’une chose.
Je n’ai jamais été très forte en statistiques et probabilités mais ce dont je suis sûre, c’est que les chances pour que nos chemins se croisent étaient quasiment nulles. 
Je suis partie pour devenir invisible. Pour m’oublier et pour oublier le vide de ma vie.
Il est parti car il devait devenir invisible. Pour oublier et se faire oublier.
Créer le vide dans sa vie pour mieux se retrouver.
Nous étions deux personnes complètement différentes, sur deux continents différents. Malgré ces oppositions, nous avons réalisé que notre vie avait déjà été décidée et que nous étions liés à jamais.
A cause ou grâce à nos malheurs, nous nous sommes trouvés et j’allais enfin comprendre de qui me parlait le vent.
Avis : 

Tout d’abord, laissez-moi vous présenter l’histoire.

En France, nous avons Leya, une jeune femme brisée par la vie suite à la perte de ses deux enfants dans un accident de voiture. Sans vouloir etre méchante, c’est une vrai lavette, la pauvre. Elle ne s’autorise plus aucun bonheur, et passe son temps à déprimer. Jusqu’au jour où elle décide de reprendre sa vie en main. 

Aux Etats-Unis, nous avons Jace, jeune célébrité à qui tout réussi, homme insaisissable, qui enchaîne les conquêtes d’un soir sans se sentir attiré par l’amour. Jusqu’au jour où le bel acteur se fit agressé. 

Leya décide de fuir sa vie, et de s’enfuir dans une belle demeure au nord de la Californie pour se reconstruire

Jace décide de mettre en pause sa carrière et de s’exiler afin de réapprendre à vivre. Dans une belle villa au nord de la Californie. 

Coïncidence ? Peut-etre. 

Etant désormais voisin de manière temporaire, ils vont se rencontrer, faire connaissance et… Une chose en entraînant une autre, ils vont commencer à se côtoyer. Et même si j’ai adoré leur histoire, pimenté bien comme il faut, je dois avouer avoir trouvé des points négatif à leur amour qui m’ont déçu. Pas beaucoup évidemment, car la relation qui les unie est belle, sincère.

Mais le Bad Boy insensible, connard et égocentrique dont on nous parle au début du livre là… Il est passé où ? Bah oui, parce que moi je m’attendais à ce que Jace se la joue petit con avec Leya, je m’attendais à ce qu’il la fasse bien galérer. Et au final… Il est tombé à ses pieds comme un petit chiot dès le premier contact. Je dois avouer que ça m’a assez perturbé… Moi qui avait succombé aux charmes de Jace dès les premières pages. 

Second point, qui rejoint le premier : ça va beaucoup trop vite. Beaucoup beaucoup trop vite. Bah oui, moi qui m’attendait à avoir un jeu de séduction à nous faire pâlir de frustration, voilà que je me retrouve avec un presque-couple en quelques chapitres. Et bien que j’ai aimé ça, j’ai trouvé un peu ça dérangeant quand même… 

Mais comme j’ai dis, la rapidité de la relation n’est peut-etre pas plus mal : vu l’alchimie qu’il y avait entre les deux, inconsciemment, on attends que ça ! 

Leur histoire est l’objet principal du livre, mais ce n’est pas pour autant qu’on doit en oublier les personnages secondaires, petite touche de fraîcheur à mon gout. Ça nous sort de la bulle Jace-Leya, et leurs amis apportent une note d’humour non-négligeables. 

Mais de nouveau, un certain point fut négligé au fur et à mesure de l’avancée… Qu’en est-il des enfants de Leya ? Malgré qu’ils soient mort, ils font partis de Leya, au point qu’on les mentionne tout le temps au début, tellement sa peine est à vif, malgré le temps qui passe. Et pourtant, à sa rencontre avec Jace, ça va disparaître… Je suis d’accord avec le fait que Jace l’aide à tourner la page, mais de là à passer du statut « Totalement déprimée » à « Pas du tout déprimé » en peu de temps, j’ai trouvé ça dommage… Cela aurait été plus émouvant si cela avait été exprimée de manière plus approfondie. 

Au final, je dois avouer que ce roman fut très agréable à lire, un véritable moment de détente, avec une fin… Une fin vraiment atroce. On peut s’attendre à tout, sauf à ça. Comment peut-on attendre la suite après une fin comme celle-ci ? C’est tout bonnement impossible. L’auteur a vraiment eu les bons mots pour nous toucher au plus profond de nous-même. Comme tout au long du livre d’ailleurs. Car oui, en dehors des 2-3 points négatifs, ce roman est bien. Vraiment bien. Une bonne petite lecture rapide pour se détendre après une longue journée. 

Je n’ai plus qu’une chose à dire : j’ai hâte de pouvoir lire la suite! 

Extraits :
« -Je suis là, maintenant, Leya.
Il m’embrasse. Les derniers rayons de soleil embrasent le ciel, avant de disparaître derrière l’océan.
En cette minute, ma vie a un gout de paradis.
Dans les bras de cet homme.
Bercée par le bruit des vagues et le chant du vent. »

 

« Je me sens tellement mal que j’aimerais pouvoir m’enfoncer sous terre, jusqu’à ce que son regard subjugué capture le mien.
Je vois tout l’amour qu’il me porte.
Je vois son désir.
Je vois son admiration. »

MA RAISON DE VIVRE de Rebecca Donovan

Titre : Ma raison de vivre
Auteur : Rebecca Donovan 
Sortie : 15 mars 2015
Pages : 536 pages
Date de lecture : 06/10/2017 – 10/10/2017
Edition : PKJ
Note : 5/5 

ma-raison-de-vivre-557497-264-432

Lycéenne parfaite, athlète accomplie aux notes maximales, Emma n’a pourtant qu’une amie, Sara, et ne sort jamais. Personne ne la connaît vraiment. C’est ce mystère qui attire immédiatement Evan, tout juste arrivé de San Francisco. En quelques jours, il va bouleverser le quotidien bien huilé de la jeune fille, et devenir sa raison de vivre. Mais il ignore qu’en tentant coûte que coûte d’entrer dans sa vie, il la menace directement. En effet, Emma vit chez son oncle et sa tante qui la maltraitent quotidiennement, parfois jusqu’au sang. Et si elle fait profil bas, c’est avant tout pour que personne ne remarque ses nombreux bleus…
Avis: 

Ce livre est un coup de cœur, once again. C’est l’histoire d’Emma, une lycéenne comme les autres, et pourtant bien différente. Derrière sa carapace de fille transparente qu’elle s’est construit, se cache une jeune femme orpheline, brutalisée par sa tante adoptive. Que dis-je, maltraitée par sa tante adoptive.

Sa bouffée d’air frais, c’est Sara, sa meilleure amie. Sa seule et unique amie. Une jeune fille pleine de vie, prête à tout pour offrir à Emma une vie meilleure. Je vous promet que plus fidèle et attentionnée que Sara, y’a pas. C’était mon personnage préféré, tellement elle m’a touché de par l’amitié qu’elle voue à Emma.

Emma réussi tant bien que mal à vivre sa vie, en comptant les jours qui la sépare de l’université, qui constitue sa promesse de liberté. 

Jusqu’au jour où Evan débarqua dans sa vie. Evan, ce garçon un peu trop sur de lui, avec de la bienveillance dans les yeux, mais de la séduction dans ses paroles. Evan, ce mec qui va se retrouver attiré par Emma comme à un aimant, et qui va tout faire pour briser cette carapace qu’elle a. Evan, ce jeune homme qu’Emma ne pourra jamais aimer.

Car s’autoriser une once de bonheur, revient à s’attirer une éternité de malheur. 

A partir de là, on se retrouve embarquer dans un tourbillon émotionnel, clairement. Combien de fois me suis-je retrouver les larmes aux yeux pour ce qu’on infligeait à Emma de manière aussi injustifié ? Combien de fois me suis-je retrouver le cœur meurtri de voir Sara horrifié à la vue de sa meilleure amie blessé ? Combien de fois me suis-je retrouver le cœur gonfler d’amour face aux instants de bonheur qu’apporte Evan ? 

J’ai eu un peu de mal à m’accrocher à Evan au début, parce que je trouvais son arrivée dans l’histoire trop rapide. Et pourtant, j’ai vite dépassé ce stade, au vu de la tournure des événements. Car même si Emma a une vie hors du commun, elle en reste une adolescente, qui se retrouvera, malgré elle, face à des situations de joies ou de larmes…

Bref, ce roman est sensationnel, bouleversant. Il vous mettra à l’épreuve, car il vous fera passer par toute les émotions possibles : mais surtout par la tristesse, et la colère. Comment ne pas etre énervée face à la vie qu’on inflige à Emma ? Surtout que cette maltraitance est juste la moins justifiée au monde. Aucune maltraitance ne devrait etre justifiée, mais là, c’est quand même chaud quoi !

Et cette fin. Assurez-vous d’avoir le second tome sous la main avant de le lire. Conseil d’amie.

Extraits:
« – Et si je ne veux pas être ami avec toi?
– Alors nous ne seront pas amis.
– Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami?
– Alors nous ne seront rien du tout… « 

 

« En approchant de la bibliothèque, j’ai senti le rythme de mon cœur accélérer furieusement. À la pensée de voir Evan, un sourire s’est mis à flotter sur mon visage. Tant pis pour les risques que je prenais, cela valait le coup. De toute manière, la scène de la veille m’avait montré une fois de plus que les coups pouvaient tomber sans raison. Alors, quitte à souffrir, autant que cela soit pour la bonne cause. »

 

« J’ai éclaté de rire. Evan s’est retourné pour voir se qu’il y avait de drôle. Je lui ai lancé un regard amusé en me mordant la joue.
-Tout va bien, l’ai-je assuré
Au même instant, j’ai entendu Sara faire un drôle de bruit. J’ai suivi son regard.
Et j’ai vu la jeep garé le long de la route. SA jeep.
En une seconde, le sol s’est désintégré sous mes pied. »